Destination Compostelle

En Route vers Santiago...

Mon baptême du feu

Il y a peu, je me faisais la réflexion suivante: de quoi pourrais-je bien parler sur ce blog? Quelles thématiques pourraient bien intéresser mes lecteurs? S’il est important d’une part d’avoir des choses à dire, il faut surtout savoir à propos de quoi écrire!

Et j’ai dû prendre une décision. Ce n’est jamais chose facile, mais il faut savoir choisir une direction et s’y tenir, sans quoi on se retrouve à tourner en rond devant un écran vide. Je vais vous raconter ma vie.

J’en vois déjà qui courent vers la porte de sortie. Laissez moi tout-de-suite vous rassurer. Je ne vais pas vous raconter TOUTE ma vie, ce serait vous condamner à l’ennui. Non, plutôt je vais vous raconter des anecdotes, des péripéties, pour vous présenter ma vision des choses.

Et puis c’est mon blog après tout et je fais ce que je veux. Na.

Tout ce prélude pour vous parler de quelque chose qui n’a absolument rien à voir. Je vais vous raconter comment je suis devenu obsédé par la prévention incendie. En effet, je ne parviens plus à entrer dans un bâtiment sans vérifier qu’il soit muni d’extincteurs, et, s’ils sont présents, qu’ils aient été contrôlés récemment.

On ne dirait pas, mais ça pèse lourd cette tenue…

En fait, tout a commencé lors d’une formation de sécurité incendie dans l’enceinte de l’aéroport de Gibraltar. Cela faisait parti d’une procédure à suivre pour obtenir un certificat qui me permettrait un jour de décrocher mon premier contrat de travail en mer.

Nous étions une dizaine de participants et avons dû effectuer plusieurs exercices. Lors d’un d’eux par exemple, nous devions entrer dans une salle exiguë habillés d’une tenue pour nous protéger de la chaleur. Qui était intense. Et nous devions résister le plus longtemps possible, jusqu’à ce que la température soit insupportable, ou que quinze minutes soient passées. Il y avait des flammes et de la fumée, comme dans les films.

Chaud…

Puis nous avons fait d’autres exercices: rentrer en équipes dans un bâtiment complètement enfumé avec pour mission d’y retrouver des victimes inconscientes (représentées par des mannequins), ou apprendre à mettre une tenue de lutte contre le feu rapidement.

Travail d’équipe

Et bien sûr, utiliser correctement les extincteurs.

Mais l’anecdote intéressante n’a pas eu lieu à Gibraltar, pendant que je m’amusais à éteindre des incendies imaginaires ou à secourir des victimes en plastique. Cela s’est en fait produit le jour même de mon retour à Cadix, la ville où je vivais à l’époque.

J’étais passé dire bonjour à une amie qui travaillait dans un hôtel proche de mon domicile. À peine cinq minutes après que j’y sois entré, une cliente de l’hôtel entrait dans la réception, hystérique, en criant “THERE IS FIRE IN MY ROOM!”

Il était temps de mettre en pratique ce que j’avais appris.

Tout s’est bien passé, car le feu venait à peine de se déclencher et était de petite taille. L’hôtel n’est pas parti en fumée. Mais si c’était à refaire, je ferais plus attention au type d’extincteur à utiliser.

Ce jour-là, il y en avait deux: un qui fonctionnait avec de l’eau et l’autre avec de la mousse. Le premier coupe la chaleur du feu pour l’éteindre, le second l’oxygène.

J’aurais pu prendre l’extincteur à eau. Tout au plus, les affaires de la dame qui avait donné l’alerte auraient été trempées. Mais j’ai pris un extincteur qui a projeté une espèce d’écume visqueuse de couleur bleue dans toute la chambre… et sur les affaires de l’hôte médusée. Je me demande d’ailleurs si son “thank you”, qu’elle m’a dit une fois le feu éteint, était sincère.

Et toi? As-tu déjà eu ce genre de surprise en utilisant un extincteur? Est-ce que tu savais qu’il faut vérifier régulièrement la pression de ces appareils? Est-ce que la prévention est une chose à laquelle tu attaches de l’importance? Ou pas du tout?

À bientôt pour un nouvel article!

Partage!

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Autres articles du même niveau

Dan Sylvain

Prof de français

J’écris des articles pendant un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle. Toi aussi, commence à écrire en français et réponds-moi en commentaires!

Dan

Mes préférés
Quick links